Première diffusion : le 4 mars 2014 à 9h00. Dernière mise à jour : le 20 juillet 2014 à 13h55.
Merci beaucoup à AF, ST, JFS, NP, SB, MV, PS pour leurs remarques, conseils, corrections, apports.

Intermittence du spectacle.

Explications pour ma famille. Et les autres...

 


J'ai essayé de faire simple...

Bonne lecture !


Si vous apercevez une erreur, une imprécision, ou tout autre commentaire, faites m'en part. Merci !
ici par exemple

 



Sommairehttp://www.clubic.com/forum/programmation/centrer-une-image-en-html-quelle-balise-utiliser-id181644-page1.html :

Tout (presque) en 3 documents et 10min !

0. Rappels
  0.1  Rappels simples sur l'intermittence
  0.2  Rappels sur le métier de comédien et ses 507 heures à lui

1. Les chiffres du débat
  1.1.  Nombre de personnes concernées par l'intermittence
  1.2.  Les indemnités UNEDIC des intermittents : ils sont 3,5 %, ils reçoivent 3,4 %.
  1.3.  Le faux déficit, un bénéfice caché.
    1.3.0.   Explications de professionnels sur le faux déficit
    1.3.1.   Avec 1 milliard d'indemnités, les intermittents pèsent pour 1/35e soit 3,4 % sur le déficit global de l'UNEDIC
    1.3.2.   Non pas 1 milliard, mais parlons plutôt de 300 millions
    1.3.3.   Non pas un surcoût de 300 millions, mais un BENEFICE

2. Artisans de l'économie culturelle
   La Culture: rapporte 7 fois plus que l'industrie automobile...

3. Pourquoi ? pourquoi encore attaquer les intermittents

4. Revendications : des droits sociaux pour tous

5. Propositions sur l'intermittence

6. Extraits médiatiques choisis
  6.1.   Intermittence du spectacle
  6.2.   Economie Culturelle
  6.3.   Autre Monde

7. Oeuvres diverses



Liens



Fonctionnaires et Assurance Chômage



Commentaires, Critiques, Remarques, Propositions...



Qui suis-je


 

 


 

Tout (presque) en 3 documents et 10 min !

1 Tract, 1 Vidéo, 1 Chronique radio

 

Tract par A.R.T.29
http://www.art29.net/
Intermittence

 

Vidéo sur France Télévision
http://www.youtube.com/watchv=ftwXvWShZMg

 

Chronique Radio sur France Culture
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4865200

 

 

 


 

0.  RAPPELS

 0.1  Rappels  simples  sur  l'intermittence

Aujourd'hui, les "intermittents de spectacle" sont les artistes et techniciens du spectacle vivant, du cinéma et de l'audiovisuelle.

"Les productions des entreprises du spectacle sont souvent par nature limitées dans le temps,
ce qui les amène à contracter avec des artistes, techniciens, ouvriers, sur des périodes définies,
quand bien même elles salarient éventuellement par ailleurs du personnel « permanent », en contrat à durée indéterminée.
Elles peuvent engager un artiste ou un technicien, dans le cadre d'une production, pour un contrat d'une journée ou plus." Wikipédia

1936 : ce système est créé d'abord pour les techniciens du cinéma.
1969 : les artistes interprètes sont intégrés au régime d’intermittent, puis les techniciens du spectacle vivant.
2003 : Réforme de l'UNEDIC, du système des intermittents, qui crée les actuelles annexes 8 et 10,
et qui a exclu des milliers de personnes vers la précarité, sans attaquer les abus, en prenant aux plus faibles pour donner aux plus riches.
2014 : la réforme de 2003 que tout le monde sait extrêmement mauvaise... est reconduite et aggravée...
Aggravé par l'augmentation des cotisations et un différé d'indemnisation (différé temporairement annulé par une prise en charge par l'état).
Aggravé car au-delà des intermittents ce sont tous les travailleurs qui sont touchés.


Actuellement, un intermittent doit en environ 10 mois réunir 507 heures de travail déclarées,
507 heures de travail qui doivent entrer dans les métiers de l'intermittence,
Pour pouvoir prétendre à 243 jours d'indemnités chômage.

Régime général Intermittents
Ouverture des droits après avoir travaillé... 610 heures 507 heures
... au cours de 840 jours 319 jours
Avec le maximum de jours indemnisés de ...
Si moins de 50 ans
730 jours 243 jours
Avec le maximum de jours indemnisés de ...
Si plus de 50 ans
1 095 jours 243 jours
Complément mensuel de salaire en activité Non Oui
Rémunération mensuelle moyenne en 2011 1 151 € 1 096 €
Sources : Pôle emploi, Caisse des congés spectacle, Despra, DEPS.

 0.2  Rappels  sur  le  metier  de  comedien  et  ses  507  heures  lui :

Un salarié, un entrepreneur, quand il travaille, quand il fait son métier, il est payé.

Quand un comédien travaille, quand il fait son métier :
- quand il apprend son texte,
- quand il exerce son corps, sa voix,
- quand il se documente sur un rôle, un sujet, un spectacle, un personnage,
- quand il fait l'administratif, la comptabilité de sa compagnie théâtrale s'il en a une,
- quand il fait la promotion de ses spectacles,
- ...
il n'est pas payé.
Toutes ces heures de travail, car c'est bien son métier que tout cela, ne comptent pas dans les 507 heures pour obtenir l' "intermittence".
Il est payé seulement quand il entre en répétition, quand il entre en représentation, c'est là qu'il doit faire 507 heures.
Il lui faut donc faire de très nombreuses heures de travail non rémunérées, et en plus réussir à avoir au moins 507 heures de travail rémunérées pour obtenir l' "intermittence".
Il ne lui faut donc non pas "seulement 507 heures" de travail, comme le prétendent certains médias, mais beaucoup plus !
Il accepte ses heures bénévoles, mais ne venez pas lui dire qu'il ne fait "que" 507 heures.

 


 

1.  LES  CHIFFRES  DU  DEBAT

 

  1.1.  Le  nombre  de  personnes  concernees  par  l'intermittence :

250 000 intermittents ou seulement 100 000 intermittents ? Les deux ! Explications :

250 000 cotisants (personnes qui apportent de l'argent au régime) pour 100 000 indemnisés (personnes qui reçoivent de l'argent du régime).
Pour ma part, je suis cotisant : à chaque contrat artistique je paye une cotisation à la caisse unique qu'est l'UNEDIC,
Dans les statistiques j'apparais donc normalement dans les cotisants à l' "intermittence", puisque mes contrats sont artistiques.
Je ne suis pas indemnisé, je ne perçois rien du tout, 0 euro au titre de l' "intermittence", n'ayant pas atteint les 507 heures sur les 10 derniers mois.

Depuis 15 ans ce chiffre de environ 100 000 personnes intermittentes du spectacle indemnisées est stable,
Seul le nombre de cotisants à l'intermittence, de personnes qui apportent de l'argent au système, augmente...
Encore une fois le chiffre de 100 000 intermittents indemnisés est fixe depuis une quinzaine d'année...

Attention aux chiffres annoncés dans les médias !

Nombre

 

1.2.  Les  indemnites  UNEDIC  des  intermittents  ils  sont  3,5 %,  ils  recoivent  3,4 %.

D'après certains syndicats :
Les intermittents indemnisés représentent 3,5 % de tous les indemnisés de l'UNEDIC,
et ces 3,5% d'indemnisés reçoivent 3,4 % de toutes les indemnités versées par l'UNEDIC.

Les intermittents représentent 3,5 % de tous les indemnisés et ils ne reçoivent que 3,4 % de toutes les indemnités.

Indemnites

 

Pour vérifier, j'ai fait mes propres calculs...

D'après des chiffres de l'UNEDIC de 2012 :
http://www.unedic.org/publication/l-assurance-chomage-en-2012-rapport-financier
http://www.unedic.org/publication/les-chiffres-qui-comptent
Tout l'UNEDIC, c'est 2,55 millions d'allocataires indemnisés, et environ 35 milliards d'euros d'indemnités.
Avec les estimations validées par toutes les parties : les intermittents sont 100 000 allocataires indemnisés, pour environ 1,2 milliard d'euros d'indemnités.

Donc :
Le pourcentage d'intermittents indemnisés sur tous les indemnisés de l'UNEDIC : (100 000x100)/(2 550 000)=3,92 %.
Le pourcentage d'indemnités intermittentes sur toutes les indemnités de l'UNEDIC : (1 200 000 000x100)/(35 000 000 000)=3,43 %.

Donc d'après mes calculs approximatifs :
Les intermittents indemnisés représentent 3,92 % de tous les indemnisés, ils perçoivent 3,43 % de toutes les indemnités.

En très grosse approximation, d'après mes calculs : les intermittents, ils sont 3,9 % des indemnisés et ils ne reçoivent que 3,4 % des indemnités.

 

1.3.  Le faux deficit, un benefice cache :

Le chiffre de 1 milliard d'euros de déficit annoncé par certains est faux.
Pour de multiples raisons ce déficit n'existe pas,
C'est un peu long à expliquer pour moi,
J'ai tenté mes propres explications dans les paragraphes qui suivent,
Vous pouvez aussi regarder des vidéos de spécialistes juste en dessous...


   1.3.0.   Explications de professionnels sur le faux déficit :

Explications (résumé des deux vidéos suivantes) (14min31s) :
http://www.youtube.com/watch?v=t4W_coIyTO4

http://www.youtube.com/watch?v=NCBnUqQG3Fs (Version bis)

 

Explication d'un professionnel du spectacle (13min57s) :
http://www.youtube.com/watch?v=tC9ifnAumLM


Audition d'un expert à l'Assemblée Nationale (54min21) :
http://www.youtube.com/watch?v=7ouqEJKkfuo



   1.3.1.   Avec 1 milliard d'indemnités, les intermittents pèsent pour 1/35e soit 3,4 % sur le déficit global de l'UNEDIC.

On entend souvent dans les médias, l'intermittence c'est 1/4, 25% du déficit de l'UNEDIC... C'est malhonnête, ils mélangent Torchons et Serviettes... Explications :

Reprenons les chiffres de l'UNEDIC de 2012 :
http://www.unedic.org/publication/l-assurance-chomage-en-2012-rapport-financier
http://www.unedic.org/publication/les-chiffres-qui-comptent
Tout l'UNEDIC : 2,55 millions d'allocataires indemnisés, environ 35 milliards d'euros d'indemnités

   (35 milliards, c'est l'ensemble des charges, des dépenses... ce n'est pas un déficit...).
L'intermittence : 100 000 allocataires indemnisés, environ 1,2 milliard d'euros d'indemnités
   (1 milliard, c'est la charge, la dépense liée à l'intermittence... ce n'est pas un déficit...).

Donc, la charge de l'intermittence c'est 1,2 milliard sur 35 milliards, cela ne fait pas 1/4 mais 1/35e, pas 25 % mais 3,4 % ((100x1,2/35)=3,43 %)
La charge des intermittents pèse pour 1/35e, soit 3,4 % sur l'ensemble des charges, soit pèse pour 3,4 % sur les charges dans le 'Résultat' déficitaire de l'UNEDIC.
Le 'Résultat' : l'ensemble des recettes (Produits) et des dépenses (Charges).

Les intermittents pèsent pour 1/35e sur le déficit global de l'UNEDIC, ils pèsent pour 3,4 % sur le déficit global de l'UNEDIC.


Le 'Résultat' de l'UNEDIC varie tous les ans en fonction de l'ensemble des recettes (Produits) et l'ensemble des dépenses (Charges).
Depuis 15 ans : les intermittents pèsent pour 1,2 milliard, avec 100 000 personnes indemnisées.
Or le 'Résultat' de l'UNEDIC varie beaucoup d'une année à l'autre, cela n'a donc rien à voir avec la charge des intermittents qui est stable.
Le déficit actuel est lié entre autres à l'augmentation globale du chômage, et la baisse des cotisations des employeurs.

Si vous avez besoin de comprendre la manipulation des chiffres, sinon passer au paragraphe suivant le 1.3.2 :

Voici comment ils ont calculé, vous percevrez je pense la manipulation des chiffres :
Ils mélangent (volontairement) des torchons et une serviette : des charges et un résultat.

Ils disent que l'UNEDIC dans sa globalité (tous les régimes, toutes les annexes) est en déficit de 4 milliards... (4 milliards, c'est un résultat, déficitaire)
(Ils oublient de dire : il y a un déficit de 4 milliards car on a dépensé 35 milliards en charges, et on a reçu 31 milliards en produits, 35 - 31 = 4)

Ils disent, les intermittents (régime des annexes 8 et 10) pèsent 1 milliard... (1 milliard, c'est une charge)
(Ils oublient de dire : une charge de 1 milliard sur les 35 milliards de charges, les autres régimes et annexes pèsent pour 34 milliards de charges...)

Et ils concluent, les intermittents pèsent 1 milliard sur 4 milliards, soit 1/4, 25%... vous voyez l'arnaque ? Ils mélangent Charges/Dépenses avec Résultat Déficitaire.
La charge, la dépense, des intermittents représente 1 milliard sur 35, 1/35e des dépenses, des charges,
Donc l'intermittence pèse pour 1/35e soit 2,9% sur le déficit global.

Pour jouer :
'Responsable' de 3,4 % de 4 Milliards = 136 000 000 euros, donc
Les intermittents pèsent pour 136 millions d'euros sur le déficit global de 4 milliards.
Ca tombe bien, ils proposent de faire au moins 100 millions d'économie par an si on applique leurs idées !
Ils font une proposition plus juste, plus équitable (Voir Chapitre 3) presque équivalente à leur part de responsabilité ! Ils sont très corrects je trouve !

 


   1.3.2.   Non pas un coût d'1 milliard, même pas un surcoût de 300 millions :


Certains parlent d'un coût de l'intermittence de 1 milliard d'euros.
Ce chiffre lâché comme cela, sans plus d'explications,
Laisse croire à beaucoup que supprimer l'intermittence reviendrait à récupérer 1 milliard d'euros... FAUX !... Explications :

Si on supprimait l'intermittence :
- Certains intermittents basculeraient alors dans le régime général, et cela représenterait encore un coût de 700 millions d'euros...
Il n'y aurait donc seulement qu'une économie pour l'UNEDIC de 300 millions d'euros, pas 1 milliard, mais seulement 300 millions...
- Les autres intermittents, des milliers de personnes, seraient exclus du système, ne pouvant pas rentrer dans le régime général, ils ne percevraient plus aucune indemnité chômage,
ces milliers de personnes basculeraient au RSA, basculeraient dans la précarité...
Sans parler du coût /coup artistique, social, humain...
Quel serait le coup pour le pouvoir d'achat des ménages concernés ? le surcoût pour la société ? pour l'économie ?  ... ça sent le cercle vicieux...

Si on applique la réforme demandée par les employeurs et les salariés du secteur culturel,
D'après plusieurs études :
- on supprime des abus laissés et créés par la réforme de 2003, (exemple : fin du cumul de gros salaire avec de grosses indemnités.)
- on sort les plus fragiles de la précarité en les réintégrant, et,
- on fait une économie entre 100 et 150 millions d'euros par an ! , et ... ça sent le cercle vertueux...

 

Il n'y a en fait aucun surcoût de l'intermittence d'après certains syndicats, car :
Si on prend 100 000 personnes du régime général et qu'on les bascule au régime de l'intermittence,
On fait aussi une économie de 300 000 millions !
Tout simplement parce que ce régime n'est pas adapté à ces personnes et donc on les exclut du système !
Ce qui provoque une économie financière... mais ni humaine, ni sociale...

Il n'y a aucun surcoût :
Le régime général est adapté aux salariés du régime général, l'intermittence aux intermittents.

 


   1.3.3.   Non pas un surcoût de 300 millions, mais un BENEFICE

Dans ce calcul du prétendu coût de 1 milliard, ou d'un faux surcoût de 300 millions, on ne compte que les cotisations et les indemnités des intermittents...
C'est un non-sens... Explications...

Les intermittents du spectacle font partie d'un tout : le secteur du Spectacle Vivant, du Cinéma et de l'Audiovisuel...
Il faudrait donc tenir compte de toutes les cotisations (intermittence et régime générale) de ce secteur,
Car tout ce secteur, qui emploie également du personnel au régime général, ne pourrait pas fonctionner sans les intermittents :
de nombreuses structures, prestataires de services, radios, télévisions, théâtres...etc...
Tout le personnel administratif, technique, d'accueil, par exemple, cotise au régime général,
Leur travail dépendant directement de l'intermittence.

Avec près de 20 milliards d'euros de valeur ajoutée, combien ce secteur en entier rapporte-il et coûte-il à l'UNEDIC ?
En attendant que l'UNEDIC nous donne les chiffres :
Moi, je parie que le secteur Spectacle Vivant, Cinéma, et Audiovisuel au complet (intermittent et régime général) est bénéficiaire.

UNEDIC : Solidarité Interprofessionnelle.
Il n'existe qu'une seule caisse pour l'assurance chômage : UNEDIC.
Tous les salariés du privé, donc susceptibles d'être un jour confrontés au chômage, cotisent dans la même caisse, l'UNEDIC.
Et cela parce que toutes les activités économiques, tous les secteurs économiques sont interdépendants.
Exemple : si une usine ferme, c'est toute l'économie locale qui subit cette fermeture, le chômage se répand sur d'autres secteurs économiques.
Exemple : si une usine ouvre, c'est toute l'économie locale qui profite de cette ouverture, l'emploi se répand dans d'autres secteurs économiques.
Conscient de cette interdépendance, tout le secteur privé s'est uni dans une logique de solidarité interprofessionnelle.

Dans cette logique, le secteur culturel confirme la règle, il impacte l'économie dans le sens où nous impulsons le secteur culturel.
Exemple : Lors du festival d'Avignon, l'économie de la ville est impactée positivement : de nombreux emplois sont créés dans les restaurants, bars, hôtels...
Le secteur Culture créé de l'emploi dans les secteurs de l’Hôtellerie, le secteur de la Restauration, il crée des cotisations UNEDIC régime général.
Au contraire en 2003, l'économie locale a été fortement touchée par l'annulation du festival.
Jean-Marc Ayrault a développé Nantes comme maire grâce à la culture.

Le secteur de la Culture apporte directement et indirectement de la richesse, et aussi des cotisations UNEDIC directes et indirectes.
Comptons-les ! (Voir ci-dessous, paragraphe 2. Artisans de l'économie culturelle)

Lors d'évènements culturels, pour 1 euro donné, c'est au moins 4 euros qui reviennent dans l'économie locale.
Les intermittents créent de la richesse ! Lisez le paragraphe 2 suivant...
Voir étude Ministère de l'économie : http://www.economie.gouv.fr/etude-sur-apport-culture-a-l-economie-francaise

 


 

2. ARTISANS  DE  L'ECONOMIE  CULTURELLE


Les "intermittents de spectacle" sont les artistes et techniciens du spectacle vivant et de l'audiovisuelle,
J'ose dire les 'artisans' de la Culture en France, et ce en partenariat avec tous les salariés permanents et occasionnels de l'économie culturelle.

Quel est cet apport de l'économie culturelle dans l'économie globale de la France ?
Depuis janvier 2014, nous avons enfin les chiffres : 57,8 Milliards d'euros. 104,5 Milliards d'euros avec les activités induites.

Vous pouvez voir l'étude et tous les liens sur le site du Ministère de l'économie :
http://www.economie.gouv.fr/etude-sur-apport-culture-a-l-economie-francaise
 

PIB Culture

Source : La synthèse de l'étude, http://www.economie.gouv.fr/files/01-synthese-rapport-igf-igac-culture-economie.pdf

 Détails PIB Culture

Source : Principales conclusions de l'étude, http://www.economie.gouv.fr/files/02-economie-de-la-culture.pdf
 

 

 
Si nous nous positionnons sur le terrain économique chers à certains de nos détracteurs...
Même une fois enlevées les subventions perçues (environ 12 Milliards : 57 - 12 = 45 Milliards d'euros) ,
Nous, Artisans de l'économie culturelle, avec 45 Milliards d'euros de valeur ajoutée,
N
ous produisons plus de richesses que le secteur de l'Hébergement et la restauration !
Nous produisons plus de richesses que le secteur des Télécoms !
Nous produisons plus de richesses que le secteur de l'Assurance !
Nous produisons plus de richesses que le secteur de l'Industrie chimique !
Nous produisons plus de richesses que le secteur de l'Industrie Automobile !

Si on ne compte que les secteurs très très directement liés, à ma connaissance, aux intermittents on arrive au minimum tout de même à :
8,8 + 5,1 + 3,6 + 0,7 + 0,7 = 18,9 Milliards d'euros, au minimum, de richesses créées très très directement par le travail des intermittents du spectacle !
Les intermittents du spectacle participent à créer très très directement :
Plus de richesses que le secteur de l'Assurance !
Plus de richesses que le secteur de l'Industrie chimique !
Plus de richesses que le secteur de l'Industrie Automobile !
 

Les entreprises culturelles emploient 670 000 personnes (2,5 % des salariés en France).
Les emplois de type culturels dans les entreprises culturelles ou non : 870 000 personnes.
Source : La synthèse de l'étude, http://www.economie.gouv.fr/files/01-synthese-rapport-igf-igac-culture-economie.pdf

 

 Apport à l'économie 1

Source : Principales conclusions de l'étude, http://www.economie.gouv.fr/files/02-economie-de-la-culture.pdf

Apport à l'économie 2

Source : La synthèse de l'étude, http://www.economie.gouv.fr/files/01-synthese-rapport-igf-igac-culture-economie.pdf

 

 

 

Vous pourrez remarquer ci-dessous que la courbe de la valeur ajoutée Spectacle vivant subit une cassure en 2003... 2003...
2003 : c'est l'année de la réforme qui a cassé le système précédent des intermittents, la réforme qui a exclu de ce système des milliers de personnes...

Le Medef et le pouvoir en place auraient-ils donc cassé l'économie du Spectacle vivant en 2003... auraient-ils blessé la poule aux oeufs d'or...
Peut-on rêver alors à une valeur ajoutée du Spectacle vivant supérieure aux 8 Milliards d'euros actuels ?

 

  Brisure Valeur Ajoutée Spectacle 2003

Source : Principales conclusions de l'étude, http://www.economie.gouv.fr/files/02-economie-de-la-culture.pdf


Voir la page de l'étude et tous les liens sur le site du Ministère de l'économie :
http://www.economie.gouv.fr/etude-sur-apport-culture-a-l-economie-francaise
 

 


 

3. POURQUOI ?

Pourquoi cette attaque contre l'intermittence.
Comme vous avez pu le comprendre, ce n'est pas une question économique...
Alors pourquoi ?
C'est une question idéologique...
Dans quelle société voulons-nous vivre ?


Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse. (Médiapart)
http://www.mediapart.fr/article/offert/b61e5edb893dd34b381ac9917e3a55e2


+ La question des intermittents : pourquoi ces saltimbanques ne sont pas des profiteurs. (5min52s) (France Culture)
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4865200


Quelques pistes de réflexions...

0. L'arbre qui cache la forêt.
Certains (trop) médias parlent des intermittents, sans parler du fond, afin de faire un écran de fumée :
Quels médias ont parlé de la suppression de l'annexe pour les saisonniers ?
Quels médias parlent de la suppression de l'annexe 4 des intérimaires ?
Quels médias parlent des 6 chômeurs sur 10 qui n'ont aucune indemnité ?

Certains médias désinforment en mélangeant Politique Culturelle, Exception Culturelle et Droits Sociaux.
Politique Culturelle, l'exception culturelle cela relève du Ministère de la Culture.
Droits sociaux cela relève du Ministère du Travail.

1. L'intermittence pour tous.
Dans les années 1960 :
Le régime générale correspond à une réalité, les gens sont globalement dans l'emploi presque toute leur vie et quelque fois au chômage.
Et les intermittents sont quasiment les seuls dont l'emploi ne recouvrent pas le travail, et donc le système est adapté à leur réalité.
Aujourd'hui :
Les grands patrons préfèrent les contrats courts, la précarisation de l'emploi pour de nombreuses raisons idéologiques...
un nombre important de personnes se retrouvent dans la même situation que les intermittents et les intérimaires.
86% embauche en CDD.
En 1996, 500 000 personnes en CDD, en activités réduites.
En 2014, 1 700 000 personnes en CDD, en activités réduites.

La précarisation de l'emploi semble tendre vers une norme.

Il est possible d'adapter le système général, en adaptant l'intermittence du spectacle pour une intermittence de l'industrie, ou du commerce, mais les grands patrons préfèrent maintenir la précarité avec les droits rechargeables (courses au petits boulots mal payé).

2. Le Salaire ou Revenu Universel.
Ce qui dérange peut-être aussi...
L'intermittence du spectacle, ouvre de nombreuses réflexions sur les salaires complémentaires, les salaires différés.
et peut-être même sur le Salaire/Revenu Universel qui pourrait arrivé jusqu'au masse média.
Plusieurs économistes ont évalué comme possible et souhaitable le passage à un tel système... disparition de la précarité, changement de société, fin des petits boulots, etc. etc. au détriment des grands patrons et des grandes richesses.
Moins de précarité, c'est plus de droits, plus de pouvoirs, plus de démocratie, etc. etc.

3. La répartition du trésor de l'UNEDIC
6 Milliards d'euros par an pour Pole Emploi... 6 Milliards... à quoi servent-ils ? Quand nous diront-ils comment ils sont utilisés ?
Qui gère l'UNEDIC, et qui réparti discrètement les fonds alloués à la formation à travers différents organismes de formation, d'audit pour les chômeurs...
N'ont-ils pas tous intérêts à s'entendre pour se répartir le gâteau ?

4. La solidarité interprofessionnelle, la mutualisation.
Le spectacle vivant rapporte des milliards d'euros, créé de l'emploi annexe non-intermittent et tout cela génère beaucoup beaucoup de cotisations à l'Unedic. La Spectacle vivant rapporte indirectement de l'argent à l'Unedic.
La mutualisation ou la capitalisation ? Un choix de société.
Voulons-nous que les pauvres payent pour les riches ? ou voulons-nous une répartition juste et équitable ?

 


 

4. REVENDICATIONS


Je liste ici, un panel des revendications du mouvement actuel.

"Il ne s'agit pas de culture mais de droits sociaux !

Des droits sociaux pour tous.
Nous ne nous battons pas pour sauver les annexes 8 et 10 (intermittence techniciens et artistes) mais pour de nouveaux droits sociaux pour tous.

Une réforme du fonctionnement de l'UNEDIC et de Pôle Emploi.
Nous demandons donc une refonte de l'UNEDIC afin que nous soyons représentés autour de la table des négociations sur l'assurance chômage,
et
Un système juste et équitable pour TOUS les emplois discontinus qui sont devenus la norme (86% des embauches se font en CDD).

Tout emploi discontinu (donc précaire) doit donner droit à un revenu continu. Un salaire socialisé.

Le régime spécifique des annexes 8 et 10 (sur le modèle du comité de suivi), étendu et adapté à l'ensemble des salariés, appelé "nouveau modèle"."



Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse. (Médiapart)
http://www.mediapart.fr/article/offert/b61e5edb893dd34b381ac9917e3a55e2


+ La question des intermittents : pourquoi ces saltimbanques ne sont pas des profiteurs. (5min52s) (France Culture)
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4865200


 


 

4. PROPOSITIONS

 

Propositions qui nous concernent TOUS :

Une refonte de l'UNEDIC afin que TOUS soient représentés autour de la table des négociations sur l'assurance chômage,
et
Un système juste et équitable pour TOUS les emplois discontinus qui sont devenus la norme (86% des embauches se font en CDD).

 

Propositions sur l'INTERMITTENCE :

Des propositions sur le régime de l'intermittence du spectacle existent depuis 2003… depuis 11 ans…

 

Syndicats des salariés et Syndicats des employeurs du secteur culturel se sont mis d'accord et militent ensemble, pour une réforme commune, plus juste et plus équitable, du système de l'intermittence.

La quasi-totalité du secteur, salariés et employeurs, est d'accord, c'est plutôt rare pour un secteur entier, ça mérite d'être souligné.
Seulement, ils n'arrivent pas à la mettre en place car ce n'est pas eux qui décident de la réforme de l'UNEDIC.

Une étude scientifique indépendante a comparé le régime actuel avec la proposition.
L'étude comparée sur l’indemnisation chômage pour les intermittents du spectacle a été commandée à
Mathieu Grégoire, maître de conférences au CURAPP (Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique) à l’Université de Picardie à Amiens, et
Olivier Pilmis, chercheur au CSO (Centre de Sociologie des Organisations) du CNRS.

Conclusion de l'étude sur les propositions faites :

- Modèle plus juste et plus équitable.

- Une amélioration qualitative à travers une baisse de la précarité.

- Augmentation réduite du nombre de nouveaux intermittents, seulement 4% de personnes en plus.

- Réduction possible du coût de l'intermittence de 100 millions d'euros !

 

SYNDEAC (Syndicat des Employeurs) - Communiqué de Presse sur le rapport public :
http://www.syndeac.org/assets/POLITIQUES_PUBLIQUES/20140212_communique_intermittence.pdf
SYNDEAC (Syndicat des Employeurs) - Rapport public :
http://www.syndeac.org/assets/POLITIQUES_PUBLIQUES/intermittence_rapport-public-syndeac2014.pdf

 

Résumé des 5 propositions

1. Une annexe unique.
"[...]énormément d’intermittents effectuent en effet leurs heures en travaillant dans les deux annexes[...]"

2. La garantie d’un système mutualiste : la date anniversaire.
"[...]instituer un mécanisme d’assouplissement limitant l’effet couperet du seuil des 507 heures, et de faciliter l’accès au régime par une meilleure prise en compte des heures cotisées[...]"

3. Une meilleure répartition des indemnités : plancher et plafonds.
"[...]on garantit à tout salarié intermittent que son revenu mensuel allocation + salaire direct ne sera jamais inférieur au SMIC mensuel.[...]"

4. Garantir en période de chômage un revenu de remplacement et non un revenu de complément.
"Ce système régulateur plus juste et plus équilibré se substitue à la franchise et se veut un véritable garde-fou contre les indemnités « de confort »."

5. Représentation, financement, champs d’application : revoir la gestion de l’assurance-chômage.

Le détail des 5 propositions : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=1257

 

En Vidéo par Samuel Churin, CIP-IDF (16min23) :
http://www.youtube.com/watch?v=OGwzUNu-XtQ
 

 

 


 

6.  EXTRAITS MEDIATIQUES CHOISIS

 

6.1.   Intermittence du spectacle :


Le régime des intermittents n'est pas un privilège. (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/02/28/le-regime-des-intermittents-n-est-pas-un-privilege_4375620_3232.html


+ Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse. (Médiapart)
http://www.mediapart.fr/article/offert/b61e5edb893dd34b381ac9917e3a55e2


+ DataGueule n°8 : Intermittent, précaire à temps plein ? (3min24s) (France Television)
http://www.youtube.com/watchv=ftwXvWShZMg


+ La question des intermittents : pourquoi ces saltimbanques ne sont pas des profiteurs. (5min52s) (France Culture)
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4865200


+ Les extras de Libé - "L'intermittence en question" (1h45min03s) (Libération)
http://www.theatre-video.net/video/Les-extras-de-Libe-Point-sur-l-intermittence-68e-Festival-d-Avignon


+ Intermittents, SNCF : les raisons de la colère (Médiapart)
http://www.dailymotion.com/video/x1zsdw8_intermittents-sncf-les-raisons-de-la-colere_news


Intermittents, SNCF : les raisons de la colère par Mediapart


+ A qui profite le régime ? (ARTE)
http://www.arte.tv/fr/a-qui-profite-le-regime/7803470,CmC=7803488.html


+ Samuel CHURIN, porte parole CIP-IDF, répond à BFMTV (BFMTV)
http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/bfm-story/bfm-story-assurance-chomage-intermittents-spectacle-defient-medef-27-02-180460/
http://www.youtube.com/embed/xmt30svP0uA?rel=0


Et si le système des "intermittents" étaient un modèle d'exemple pour les contrats courts...


+ Laurence Parisot, présidente du MEDEF de 2005 à 2013, défend les intermittents. (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/02/24/laurence-parisot-defend-les-intermittents_4372197_3246.html


+ Laurence Parisot, présidente du MEDEF de 2005 à 2013, défend les intermittents. (L'invités des Echos)



+ Les Intermittents expliqués à mon voisin de Métro. (Blog Mediapart)
http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-ahmed-braschi/020314/les-intermittents-expliques-mon-voisin-de-metro


+ Francis Huster. (RMC)
http://www.youtube.com/watch?v=TI56EjLlsQw




+ Syndicat CIP-IDF. YouTube.
http://www.youtube.com/user/CIPIDForg?feature=watch


+ Abolir l'intermittence, "une folie économique". (La Nouvelle République)
http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2014/02/28/Abolir-l-intermittence-une-folie-economique-1812782

 

 

Les Vidéos DESINTOX – par le CIP-IDF
 
DESINTOX 1 : Intermittents, quelle part de l’assurance-chômage ?
http://www.youtube.com/embed/watch?v=jXxQxyBroEA
 
DESINTOX 2 : Solidarité, précarité et logique de division
http://www.youtube.com/embed/watch?v=X-ODgFGsqpI
 
DESINTOX 3 : Nous ne voulons pas être sauvés ! Nous voulons rester vivants !
http://www.youtube.com/embed/watch?v=xtjGQBHGIXQ
 
DESINTOX 4 : Nous ne voulons pas être sauvés ! Nous voulons rester vivants ! (Erreurs, Mensonges, Manipulations...)
http://www.youtube.com/embed/watch?v=WPVeB3iF9Eo
 
DESINTOX 5: Vrais et faux soutiens politiques, langue de bois et "bottages en touche", solidarité gouvernementale
http://www.youtube.com/embed/watch?v=-0iks3jz6lU
 
DESINTOX 6 : Entre deux chaises - La chèvre et le chou - Flagrants délits de dénis
http://www.youtube.com/embed/watch?v=U4umxTnYkZg
 
DESINTOX 7 : Ni enfumages ! Ni assises ! Ni rustines !
http://www.youtube.com/embed/watch?v=VcCHkTIf3WY
 
DESINTOX 8 : Qui sommes nous ? Combien coûtons-nous ? Combien rapportons-nous ? Quelle est notre lutte ?
http://www.youtube.com/embed/watch?v=LulDZeD4FvU
 
DESINTOX 9 : Medef et Cour des Comptes : qui sont-ils ? - Vous en voulez, des chiffres ? Qui abuse ?
http://www.youtube.com/embed/watch?v=QrXRiNqLCek
 
DESINTOX 10 : Grève ou pas grève ? Festivals annulés ? - Qui sera précarisé davantage en cas d'agrément ? - Culture ou droits sociaux ?
http://www.youtube.com/embed/watch?v=9pSX5YwRDhw
 
DESINTOX 11 : Schizophrénie pathologique - Une immense trahison - Gattaz président (1ère partie)
http://www.youtube.com/embed/watch?v=l4ktLeuUWwo
 
DESINTOX 12 : Les "3 sages" - Economies et exclusions - Retour à la date anniversaire - Indemnités ou complément de revenus ? (1ère partie)
http://www.youtube.com/embed/watch?v=enqkQ8oznhY
 
DESINTOX 13: Abus de langage et refus des médias de communiquer sur les raisons de la lutte - Avignon : enjeux économiques - Le théâtre est politique
http://www.youtube.com/embed/watch?v=fUprStSFaLM
 
DESINTOX 14 : "Conférence sociale" et chantage du Medef - Une certaine idée d'économie(s) - Flexibilité et précarisation
http://www.youtube.com/embed/watch?v=Y72W46xoRmQ
 
DESINTOX 15 : Refus par les patrons de l'augmentation de leurs cotisations sociales - MEDEF - CFDT : Même combat - "Concertation" : Y aller ou pas ?
https://www.youtube.com/watch?v=ZJ2hJL6jQqc

 

 

Les Vidéos RIPOSTES – par le CIP-IDF
 
RIPOSTE 1 : Le déficit n'existe pas.
La vidéo avec les documents sources : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6505
http://www.youtube.com/embed/watch?v=tC9ifnAumLM
 
RIPOSTE 2 : Réponse à...
http://www.youtube.com/embed/watch?v=HYhGvFSSRLA
 
RIPOSTE 3 : Propositions.
http://www.youtube.com/embed/watch?v=OGwzUNu-XtQ
 
RIPOSTE 4 : Aucun Déficit, Aucun Surcoût. Propositions.
http://www.youtube.com/embed/watch?v=t4W_coIyTO4
http://www.youtube.com/embed/watch?v=NCBnUqQG3Fs (Version bis)

 


6.2.   Economie Culturelle :

La Tribune (Economie, Finance)
http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140103trib000807739/la-culture-contribue-sept-fois-plus-au-pib-que-l-industrie-automobile.html

+ Le Monde (Généraliste, Centre gauche)
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/02/26/intermittents-cinq-questions-pour-tout-comprendre_4372877_3246.html

+ Les Echos (Economie, Finance)
http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/societe/autres/221188840/apport-culture-a-economie-france-contribution-impressionan

 


6.3.   Autre Monde :

 


Jean-Michel Lucas, ancien Directeur Régional des Affaires Culturelles et conseiller auprès du ministre Jack Lang. (La Terrasse)
http://www.journal-laterrasse.fr/une-autre-politique-est-possible/
" La culture non comme un ensemble de produits mais comme l'enjeu de "faire" humanité ensemble. "


+ Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse. (Médiapart)
http://www.mediapart.fr/article/offert/b61e5edb893dd34b381ac9917e3a55e2


+ La question des intermittents : pourquoi ces saltimbanques ne sont pas des profiteurs. (5min52s) (France Culture)
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4865200


+ Jean-Luc Mélenchon sur les intermittents - 'Intermittent et Bonheur' (3min) (France 24)
http://www.dailymotion.com/video/x202azy_jean-luc-melenchon-sur-les-intermittents_webcam

 


 

5. OEUVRES  DIVERSES :


L'intermittent selon Didier Super :

"Comme je dis toujours, on peut comparer l'intermittent du spectacle au militaire.
Le militaire, son boulot c'est quoi ?
C'est de faire la guerre.
Or, la plupart du temps, qu'est-ce qu'il fait ?
Tout comme nous autres,
Il répète sa guerre !
Sauf que lui, il a de la chance, personne ne remet en cause la rémunération de ses répétitions...
et voilà. "


 

La gestion du conflit des intermittents, expliqué à mon cousin aussi clairement que dans une pub (Série 1)
https://www.youtube.com/watch?v=ruOCCFSR13w&list=PLhYNXbbtGTc6eaRk-UF1q-5HP4gevkjss

La gestion du conflit des intermittents, expliqué à mon cousin aussi clairement que dans une pub (Série 2)
https://www.youtube.com/watch?v=EGChEYdgRtM&index=1&list=PLhYNXbbtGTc4t6YOlq2Da_ocy0MjZB83E


 
 

Tutoriel Intérimaires / Intermittents Réforme 2014
http://vimeo.com/98032893 from Culture en danger


 
 

Vidéo. L'intermittence chez Aldebert (2min27)

http://www.youtube.com/watch?v=2Zz7SrB2tng


Bande dessinée.
http://507heures.blogspot.fr/2014/02/cest-normal-les-pauvres-cest-fait-pour.html

Vidéo. Adieu Intermittent, (1min16)
http://www.youtube.com/watch?v=PE9Q1ul6k9E&feature=share

Vidéo. SOS Intermittent, (4min26)
http://www.youtube.com/watch?v=8pBQ1YVXYWE&feature=youtu.be

 


 


Liens divers et variés, liste non exhaustive...

 

- - - En Construction - - -
Conseils bienvenus...

 


 

Fonctionnaire et Assurance Chômage

Un jour en voiture avec des collègues, nous avons évoqué la question des fonctionnaires qui ne cotisent pas au chômage…
débat qui est réapparu dans le débat sur la réforme 2014 de l'UNEDIC, des intérimaires, des intermittents...
Je n'ai pas su quoi répondre sur le coup, mais je sentais que quelque chose me titillait...
Ce 20 juin au matin j'ai trouvé : l'Assurance Voiture !

Oui l'Assurance Voiture !
Explications :
Ceux qui ont une voiture, mutualisent leurs risques en cotisant à une assurance.
Le concept d'Assurance...
Il y a ceux qui auront un gros accident, ceux qui auront un petit et ceux qui n'auront rien.
Tous les assurés décident de partager, de mutualiser l'ensemble des risques et de se répartir l'ensemble des indemnités à verser.
(Exemple : si on imagine 100 000 assurés qui pronostiquent 1 million d'euros d'indemnités pour l'année à venir, alors chacun verse 10 euros à la caisse d'assurance pour couvrir toutes les dépenses, même si certains vont recevoir 10 000 euros d'indemnités et d'autres rien, on partage le risque pour réduire les coups, et les coûts.)
Les risques ont été mutualisés, cela coûte moins cher à beaucoup de personnes.

Or...
CEUX QUI N'ONT PAS DE VOITURES, N'ONT PAS D'ASSURANCE VOITURE ! ! !

Ceux qui n'ont aucun risque lié à la voiture... n'ont pas de risques à mutualiser, ils ne cotisent pas !
Seules les personnes qui ont un risque, le mutualise ! ! !
A l’extrême, l'assurance maladie, tout le monde risque d'être malade, tout le monde cotise, mutualise le risque.

Assurance chômage et Fonctionnaire :
Et donc dans une logique mutualiste, les fonctionnaires, qui n'ont pas de risque de chômage, n'ont pas à cotiser pour l'Assurance Chômage !

Dans une logique capitaliste, libérale, c'est différent :
Il faut prendre l'argent à un maximum de personnes pour le jouer en bourse et faire des plus gros bénéfices personnels (l'assureur qui investi, pas l'assuré), à l'inverse de l'assurance mutualiste dont le but est de minimiser le coût pour tous les assurés.
Ils avaient presque réussi à me mettre le doute...

Tout est choix de société !

Merci d'avoir lu jusqu'au bout...
Le débat est ouvert !

 


 

Commentaires, Critiques, Corrections...

Pour tout commentaire, toute critique, toute correction : culture [@] yvanrichard.com

Merci !

 


 

Vous vous demandez qui je suis…

http://yvanrichard.com

Je ne suis pas indemnisé au titre de l' "intermittence du spectacle". Je ne suis pas syndiqué.
Je cherche juste à diffuser des informations sur ce système dans la bataille actuelle des chiffres.

J'ai volontairement fait l'impasse, peut-être à tort, pour le moment sur les thèmes de richesses culturelles, humaines, sociales.
Mais il serait bien que j'ajoute ces thèmes prochainement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nombre de 'visites' depuis le 4 mars 2014 à 13h05 : dont 288 'visites' entre le 4 mars 2014 à 13h05 et le 19 juin 17h20.
2014  Yvan Richard  ©